Ces étudiants filent un coup de pouce au ados

Ces étudiants filent un coup de pouce au ados

L’opération de soutien scolaire pour aider les collégiens de Jean-Rostand à Trélazé (Maine-et-Loire) dans différentes matières vient de prendre fin. Elle devrait être renouvelée l’année prochaine.

Brevet des collèges, épreuve d’anglais. Les premières notes viennent de tomber. Elles s’échelonnent entre 18 et 13. Auraient-elles été aussi bonnes sans le concours bénévole des étudiants de l’Essca, l’École supérieure des sciences commerciales d’Angers ? Pas si sûr.

C’est en tout cas ce que pensent certains collégiens de Jean-Rostand, comme Mathis, Youssef, Amine ou encore Alexandre, tous âgés de 14 ans. Ils ont bénéficié d’une opération tutorat, menée entre l’Essca et le collège Jean-Rostand, et coordonnée par l’Ajac, l’association de la jeunesse pour l’action et la culture.

« C’est gratifiant »

« Au début, on avait pas trop envie de venir, témoigne l’un des adolescents. On était un peu intimidés, et peut-être pas trop courageux pour travailler. Puis, on s’est vite rendu compte qu’on avait intérêt à profiter des conseils des étudiants de l’Essca. Et à l’arrivée, on n’est pas peu fier du résultat. »

Une fierté que partage la mère de Youssef, qui constate que « ce soutien a été très bénéfique pour nos enfants. Car nous avions beau être derrière leur dos et leur dire de travailler, cela ne produisait pas un grand effet. J’espère que cela va les inciter à poursuivre leurs études et à se rendre compte que pour monter dans l’ascenseur social, il faut quelques bagages ».

Du côté des étudiants de l’Essca, Camille Gallerand, elle-même étudiante en première année, se montre très positive vis-à-vis de ce dispositif : « J’ai assuré le soutien en anglais et en maths, à raison d’une heure trente par semaine, tous les jeudis, et ce depuis le mois d’octobre. »

Se dépasser

Cette activité a été menée sur la base du volontariat, dans le cadre du module Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Chaque étudiant s’occupait d’un seul élève. « Cet échange est devenu très intéressant au fil du temps, poursuit-elle. Car il a permis de constater les progrès et la bonne volonté des collégiens. C’est gratifiant. »

Mathieu, Cassandre, Maëva, Victoria et José-Maria, eux aussi en première ou deuxième année, et membres de ce dispositif, acquiescent. Ils soulignent le côté « un peu bizarre du premier contact. Car nous sommes presque du même âge, sans être professeurs. Mais très vite, nous nous sommes sentis à l’aise et avons compris que nous pouvions aider ces collégiens à progresser dans les matières où ils avaient quelques lacunes ».

Ce partenariat entre l’Ajac, la ville de Trélazé, l’Essca et la fédération Léo-Lagrange, devrait être reconduit l’année prochaine. Les responsables d’Edmond-Rostand et de l’Essca, Patrick Trouvé et Philippe Marchand, l’ont laissé entendre, à la grande satisfaction du maire Marc Goua et d’Ahmed Imzil, de l’Ajac. Tous deux jugent « cette opération remarquable, car elle suscite le désir d’aller plus loin et de se dépasser ».

Iboo
ADMINISTRATOR
PROFILE

À lire aussi...