Banlieue. Macron reçoit un acteur de terrain et le Maire de Trélazé

Banlieue. Macron reçoit un acteur de terrain et le Maire de Trélazé

Ahmed Imzil, acteur associatif, et Marc Goua, maire, n’ont pas caché, mardi 22 mai, leur amertume à la suite des annonces présidentielles au rabais. Ils étaient tous les deux invités à l’Élysée pour la présentation à laquelle ils ont assisté.

« On avait un espoir. On a le sentiment de ressortir avec un grand désespoir. » Face à Emmanuel Macron, il ne s’est pas laissé étourdir par les ors de la République. À l’Élysée, Ahmed Imzil était invité à la restitution du plan Borloo. Devant le Président de la République comme devant les micros et caméras, il n’a pas caché une certaine amertume.

Invité

Arrivé le matin vers 10 h 30 au Château, il est ressorti vers 14 h 30 de la rencontre où étaient réunis des ministres, élus et militants associatifs. La raison pour laquelle ce Trélazéen a fait le voyage, au titre du Conseil national des villes, collège habitants.

« Pas compris les quartiers »

On ne peut pas dire que, pour Ahmed Imzil, la déception est à la hauteur des attentes« Je ne m’attendais pas à grand-chose », confie-t-il, loin du tumulte. Ce qui ne l’empêche pas de se montrer très critique à l’égard des mesures présentées. « L’État n’a pas compris comment fonctionnent les quartiers. »

Échecs récurrents

Ce responsable de l’Association de la jeunesse pour l’action et la culture (Ajac) déplore les échecs récurrents de la politique de la Ville. « Les élus de droite comme de gauche ont détricoté le tissu associatif. On le paie très cher. » Il regrette de voir avancer « une idéologie », « un communautarisme ». Et souhaite encore « un sursaut, un déclic, un réveil ». « Ils n’ont pas conscience de l’enjeu. Ils ne vivent pas sur la même planète. Il faut écouter les gens de terrain. » Ceux qui partagent « les valeurs républicaines et laïques ». Pour sa part, il s’est porté candidat au conseil présidentiel des villes. Pour continuer à être « la voix des sans-voix ».

« La rénovation urbaine en panne »

Même désillusion pour le maire de Trélazé, Marc Goua« La rénovation urbaine est en panne depuis des mois. Les opérations sont en stand-by. Les maires de banlieue demandent que ces plans soient relancés », souffle-t-il. Pour lui, « ce plan de rénovation a finalement accouché d’une souris. Nous allons continuer à nous battre, mais la situation est compliquée. J’ai l’impression que les ministres et le président n’ont pas pris le problème des banlieues comme il faut. On parle de 30 000 stages pour les élèves de troisième, c’est bien, mais ce n’est pas ça qui va changer la donne. »

« Faire pression »

Marc Goua l’annonce : « Le club des maires de la rénovation urbaine va continuer à faire pression pour que des mesures concrètes soient définitivement prises. 12 millions de Français sont concernés par ces questions. » Si l’édile apprécie des mesures comme « le dédoublement des classes de CP », il s’inquiète du « coût pour les municipalités ».

Iboo
ADMINISTRATOR
PROFILE

À lire aussi...